mardi 28 février 2017

Super nanny : Analyse des épisodes 3ème partie





Suite et fin de cet article, du moins, pour le moment... (parce que les épisodes rediffusés récemment ne nous ont pas plu du tout, mais alors pas du tout...)

Dans un épisode, on voit une maman (pendant les 2 jours où super nanny quitte la maison et suit ce qui se passe depuis sa chambre d’hôtel) qui applique les méthodes de super nanny, ou du moins, ce qu’elle en avait compris après les 3 jours d’invention de celle-ci, elle s’est littéralement transformée en maman-tyran : cris, menaces (le fameux « toi, tu vas avoir des gros problèmes »)  punitions non-stop !!! C’était tellement catastrophique que super nanny a du revenir chez la maman pour lui expliqué que c’était trop et que ses enfants allaient la détester si elle continuait à crier et punir ainsi.

Il y a 2 choses qui me gênent profondément ici. D’abord, la maman n’avait clairement pas compris comment agir avec ses enfants malgré 3 jours passés avec Sylvie Jenaly. Là, super nanny est revenue pour mettre fin au massacre. Mais concernant les téléspectateurs qui regardent cette émission et qui mettent ensuite en pratique les méthodes vues, combien comprennent vraiment « le bon ton, la bonne attitude » ? Il y a des parents qui vont trop loin mais il n’y a personne pour le leur dire ! Il y a eu un cas en novembre dernier où un beau-père voulait pratiquer les méthodes de « super nanny » sur son beau-fils de 16 mois. Résultat, le bébé s’est retrouvé aux urgences ! http://www.sudouest.fr/2016/11/26/un-bebe-de-16-mois-victime-de-maltraitance-2581195-4697.php
Le 2ème point qui me gêne est quand Sylvie Jenaly dit à la maman que ses enfants vont la détester si elle crie et punit trop. C’est faux ! Je ne sais pas si vous le savez mais même les enfants maltraités ne détestent pas leurs parents, ils continuent à aller vers eux, car ils ne se rendent pas compte que leur situation est anormale. Surtout si les coups sont donnés avec la fameuse phrase « c’est pour ton bien » ou « c’est parce que je t’aime ». Alice Miller explique très bien cela dans ses livres C'est pour ton bien et Notre corps ne ment jamais. Il n’y a pas tant d’enfants qui détestent leurs parents. On le voit bien quand on devient adulte. Nombreux sont ceux qui disent « J’ai reçu des fessées et des claques étant petit mais je n’en veux absolument pas à mes parents. Ils ont bien fait car c’est grâce aux coups reçus que je suis devenu quelqu’un de bien. Sans ça, je serai devenu un délinquant ». Alors si les adultes sont dans le déni concernant l’anormalité pour un enfant d’être frappé par plus grand que soi… comment voulez-vous que les enfants en aient conscience et en veillent à leurs parents ?! Quand bien même les enfants arrivent à se rendre compte que ce qu’ils subissent n’est pas normal, ils ne veulent pas voir leurs parents en prison, ils se sentiraient coupables.
C’est aussi dangereux de faire croire aux parents que des enfants frappés ou maltraités ne les aiment plus. Souvent, les parents se disent « mes enfants reçoivent des fessées et des claques de ma part mais ils continuent à m’aimer car ils vont vers moi. C’est la preuve qu’ils ne sont pas traumatisés, c’est la preuve que je ne vais pas trop loin ». C’est faux !!!
« Un enfant blessé dans son intégrité ne cesse pas d’aimer ses parents. Il cesse de s’aimer lui-même » dit Jesper Juul, thérapeute danois.
Si les parents attendent le désamour de leur enfant vis-à-vis d’eux pour se rendre compte qu’ils font trop loin et arrêter de les frapper, ils risquent de recourir à des violences qui vont basculer vers la maltraitance sans même sans rendre compte ! Le meilleur moyen pour ne pas aller trop loin est encore de ne pas commencer dans les violences quelles qu’elles soient (cris, punitions, fessées…).

Enfin, les autres points négatifs de cette émission sont l’image des enfants. Les enfants sont vus comme des êtres capricieux, comme la cause des problèmes de la famille, comme la cause des problèmes conjugaux des parents ! Le titre d’un des épisodes est « A cause de nos enfants, notre couple est en danger ! ». C’est vraiment scandaleux comme titre ! Non, un couple parental n’est pas en danger à cause des enfants ! Aucun couple au monde n’est en danger à cause des enfants ! Un couple est en danger à cause des adultes qui le composent et uniquement à cause des adultes qui le composent !
Autre point noir sur l’image des enfants : ils sont filmés lors de moments délicats où ils sont vulnérables, lors de colères par exemple. Vous aimeriez être filmé pendant que vous êtes en colère et qu’on diffuse ça à la tv ? Moi, non ! Bonjour l’humiliation ! Bonjour l’humiliation aussi à l’école pour les enfants qui participent à cette émission et sont en âge d’être scolarisés ! Il y a un épisode où on voit un enfant de 11 ans se faire brosser les dents par sa maman ! 11 ans !!!! J’espère pour lui qu’aucun de ses camarades de collège n'a vu l’émission car bonjour le harcèlement scolaire dont il a du être victime suite à la diffusion de cet épisode !
Et enfin, les enfants filmés sous la douche ! Vous prendriez votre douche devant une équipe de télévision, vous ?! Moi, non ! D’accord, c’est flouté, mais c’est flouté pour les téléspectateurs, pas pour l’équipe de tournage ! Est-ce que c’est vraiment indispensable de filmer les enfants pendant qu’ils se lavent ? Je ne le crois pas !

Il y a encore beaucoup de choses à dire sur cette émission (enfant de 3 ans puni car il ne maîtrise pas ses sphincters, fille de 3 ans puni car elle rend tout ce qu’elle mange…), mais je suis là pour faire un article et non un roman donc je m’arrête là. Mais vu les épisodes rediffusés récemment vous allez sûrement en entendre parler dans la presse bientôt…

En résumé, cette émission pourrait être une bonne émission, si on se contentait d’expliquer aux parents les phases de développement des enfants et comment y répondre de façon bienveillante, en respectant les enfants. Si on se contentait d’accompagner les parents pour les faire réfléchir aux valeurs qu’ils veulent transmettre à leurs enfants au lieu de leur demander d’obéir aux règles (ou aux ordres) de super nanny. Si on se contentait de donner des clefs ou des outils aux parents et non d’agir sur les enfants. Bref, si on enlevait le côté « spectacle », « divertissement » pour faire une émission qui serait vraiment une émission à visée éducative.
La production veut nous faire croire que Sylvie Jenaly est une professionnelle de l’enfance. L’émission veut nous faire croire que les méthodes qu’on y voit sont les bonnes pour éduquer les enfants. Beaucoup de téléspectateurs y croient !!!!
Mais quand on y regarde de plus près, qui est Sylvie Jenaly ? Elle n’a aucun diplôme dans la petite enfance. Tout ce que j’ai trouvé comme information sur elle est qu’elle a fait des formations auprès de puéricultrices. C’est un peu vague… Quelles formations, sur quels sujets ? Uniquement sur les besoins fondamentaux des enfants comme l’alimentation et le sommeil ou aussi sur des sujets tels que les besoins des enfants, l’attachement, le développement ? Des formations de quelle durée ? Une journée, un mois, un an ? Et les formations datent de quand ? Si elle datent de ses débuts dans le domaine, il y a 20 ans, les neurosciences ont fait des découvertes depuis sur le cerveau des enfants que visiblement elle ignore !
Je n’ai que 3 ans d’expérience professionnelle dans la petite enfance, je n’ai qu’un CAP petite enfance comme diplôme dans ce domaine, je n’ai eu que 60 heures de formation initiale pour exercer mon métier et pourtant, j’ai l’impression d’en savoir plus qu’elle !
Evidemment, à côté de ça, je fais de la formation continue, j’ai fait des programmes de formation sur Internet et des MOOC et je lis beaucoup sur le sujet !
Alors bien sur, les diplômes, les formations, l’expérience professionnelle, les livres…c’est bien joli mais ce n’est pas suffisant non plus.
Ce qui compte le plus, dans ce domaine, ce sont l’observation et la remise en question. On est toujours à se demander POURQUOI l’enfant agit comme il le fait. Ce n’est que quand on a trouvé la cause qu’on peut réfléchir à COMMENT agir. Sans cette observation et cette remise en question, toutes nos formations et lectures ne servent pas à grand-chose. Dans l’émission, je vois rarement super nanny essayer de comprendre les causes des comportements des enfants. Elle parle souvent de caprice et recourt aux punitions et c’est tout. C’est un peu facile, pas professionnel et surtout, inefficace sur le moyen et long terme car si l’enfant se tient à carreau temps qu’elle est là, dès qu’elle est partie, c’est de nouveau le bazar à la maison. Avant de partir, à la fin de l’émission, super nanny dit souvent aux parents « ne lâchez rien car ils vont continuer à vous tester ». Non, les enfants ne testent pas. Leurs comportements sont avant tout conditionnés par le développement de leur cerveau, leur capacité à gérer leurs émotions et… nos comportements ! N’oublions pas que les enfants imitent les adultes qui les entourent. Si on crie, on leur apprend à crier. Si on les frappe quand ils ne nous écoutent pas, on leur apprend à frapper leurs camarades lors de désaccords. Et puis, l’éducation des enfants n’est pas une guerre où les parents doivent gagner et les enfants perdre ou se soumettre ! L’approche gagant-gagnant existe et c’est même ce qui est recommandé pour avoir une vie de famille plus harmonieuse (je ne dis pas parfaite car la perfection n’existe pas). Thomas Gordon en parle très bien dans ses livres que je vous invite à lire.Eduquer sans punir et
parents efficaces.

Je termine là ce (long) article en vous rappelant les préconisations que le CSA a récemment fait aux des éditeurs de cette émission (TF1 et NT1) :
« Il invite les éditeurs concernés :
  • à redemander l’accord des participants avant une éventuelle rediffusion ou une nouvelle mise à disposition de l’émission ou de ses extraits sur les services de médias audiovisuels à la demande pour tenir compte du développement de l’enfant ;
  • à faire preuve d’une vigilance particulière vis-à-vis de scènes susceptibles de gêner l’enfant. En effet, l’accent porté sur certains aspects de la vie quotidienne de l’enfant ne devrait pas faire oublier le nécessaire respect de son bien-être au moment du tournage, ainsi que de son image lors de la diffusion ou des rediffusions de l’émission ; 
  • à veiller à ce que le comportement de l’enfant ne soit pas présenté comme l’unique source de difficulté et que l’enfant ne soit pas réduit à son comportement problématique. Cela pourrait se faire, par exemple, par le biais de scènes ou de références aux aspects de la vie de l’enfant non liés à son environnement familial (enfant partant à l’école, racontant sa journée, ses succès et réalisations, jouant avec des amis ou pratiquant une activité sportive). L’enfant pourrait également s’exprimer, selon sa maturité, sur des sujets qui le concernent ;
  • à rester vigilant vis-à-vis de l’impact que l’émission pourrait avoir sur les familles téléspectatrices. En effet, il conviendrait de garder à l’esprit que certains parents rencontrant des difficultés familiales plus sérieuses pourraient voir, dans les conseils proposés, des solutions adaptées à tout conflit au lieu de se tourner vers un spécialiste ;
  • à sensibiliser les téléspectateurs à l’existence de différentes manières d’aborder le processus éducatif. »
Voici le lien pour retrouver la décision du CSA en entier :