vendredi 13 mai 2016

Les émotions : Quelles sont les émotions parasites ?







Après avoir vu qu'est-ce qu'est-ce qu'une émotion et quelles sont les émotions de base, nous allons maintenant voir quelles sont les émotions parasites. Pour cela, je fais m'appuyer sur le livre d'Isabelle Filliozat Que se passe -t-il en moi ?: Mieux vivre ses émotions au quotidien

Les réactions « élastiques »

Une émotion élastique est une émotion du passé projeté sur le présent. Réaction émotionnelle hors de proportion avec l’apparent déclencheur, elle est en fait une réactivation du refoulé. Quand une personne n’a pas su ou pas pu exprimer une émotion, cet affect réprimé cherche une issue. Toute situation, toute personne, qui rappelle de près ou de loin cette émotion ou l’événement qui l’a suscité, réveille le passé. Isabelle Filliozat raconte par exemple d’où vient sa peur panique des piqûres d’anesthésie quand elle va chez le dentiste: c’est un cause d’un mauvais souvenir concernant une anesthésie générale pour l’opération des végétations quand elle était petite, donc rien a voir avec un dentiste.

Les sentiments de substitution ou « racket »

On qualifie de « rackets » ces sentiments mis en avant pour en dissimuler d'autres. Ce sont des émotions de substitution. Souvenez-vous dans l'article précédent, j’avais parlé dans quels cas on ressent de la colère (injustice, frustration ou blessure) ou de la tristesse (perte). On reconnaît un racket à son côté systématique et répétitif. Ces comportements apportent une illusoire sécurité et fonctionnent comme une prison émotionnelle. Par exemple, vous demandez à votre patron une augmentation de salaire (en argumentant bien sur quant à votre efficacité, l’argent que vous avez fait gagner à l’entreprise…) et il vous la refuse. L’émotion normale dans ce cas est la colère face à cette injustice ou frustration. Mais certaines personnes vont alors se mettre à pleurer et exprimer donc une émotion de tristesse.

Pourquoi ? Sans doute parce que depuis leur plus jeune âge on leur a appris que la colère c’est mal et qu’il faut la réprimer et surtout pas l’exprimer. Ces personnes remplacent donc une émotion par une autre.

Si vous avez souvent peur, cela peut peut être cacher une tristesse ou une colère.
La dépression peut cacher une colère réprimée.
Si vous êtes souvent en colère, cela peut cacher une tristesse qui vous est interdite depuis votre enfance.

Le mécanisme de projection

Ca consiste à projeter sur l’autre une part de nous même que nous n’aimons pas. Sous chaque jugement, derrière chaque insulte, se dissimule un besoin insatisfait, un sentiment blessé. C’est un peu le « c’est celui qui dit qui est » des enfants.
Quand on vous insulte, quand on vous juge, pensez à décoder l’émotion de l’autre, et peut-être son besoin. Au lieu de vous sentir blessé, penchez-vous sur sa réalité. Regardez-le. Que dit-il de lui, de ses besoins dans votre relation ?

Reconnaître en soi ce mécanisme de jugement en lieu et place de l’expression honnête de nos émotions et sentiments permet de mieux comprendre autrui.

Les collections de timbres

C’est quand on prend sur soi plein de petites choses qui nous agacent sans rien dire à la personne concernée, comme on collectionne des timbres ou des points. Tout d’un coup, on explose pour la petite broutille de trop sans que la personne visée n’y comprenne rien. Pour les éviter, il faut mieux dire ce qu’on a sur le cœur tout de suite à l’aide de "messages-je".

Les pommes de terre chaudes ou transmissions transgénérationnelles

Nombre de réactions excessives sont motivées par nos expériences passées. Il arrive que rien dans notre histoire personnelle ne puisse expliquer une émotion disproportionnée. Ce peut être une « pomme de terre chaude ». Sur le modèle de la patate brûlante que l’on passe au voisin pour éviter de se brûler, des parents « passent » des scénarios inachevés, ou des modèles de sentiments, à leurs enfants ou petits-enfants (il est fréquent que la transmission saute une génération) : cancer au même âge que son père, accident ou perte de travail au même âge que sa mère, suicides, morts d’enfants, drames variés…Comme si la vie nous proposait le même problème, jusqu’à ce qu’il soit solutionné positivement.

Les angoisses, peurs, paniques et phobies

L'angoisse est un mélange d'émotions. C'est un sentiment parasite qui exprime un conflit sous-jacent. Conflit entre pulsion et interdit, entre désir et peur, entre deux désirs, entre colère et crainte...
Les phobies sont des peurs irrationnelles et irrépressibles d'un objet ou d'une situation. La personne sait que sa peur est inappropriées et peut en avoir honte mais elle reste incapable de la juguler.
Il existe des phobies simples, échos de situations traumatiques. Ce sont des élastiques. D'autres sont plus complexes et incluent un mécanisme de projection sur un objet symbolique.
L'inquiétude pour autrui est un sentiment parasite de substitution qui dissimule un sentiment d'incompétence.

Connaître les émotions parasites et en prendre conscience est important pour exprimer la bonne émotion par rapport à nos ressentis. Quand on comprend ce qui se passe en nous, il est ensuite possible de nous libérer de nos réactions émotionnelles excessives ou déplacées.

Pour aller plus loin, voici quelques livres d'Isabelle Filliozat qui parlent des émotions :
Que se passe -t-il en moi ?: Mieux vivre ses émotions au quotidien
L'intelligence du coeur: Confiance en soi, créativité, relations, autonomie
Cahier de travaux pratiques pour apprendre à gérer ses émotions
Il n'y a pas de parent parfait: L'histoire de nos enfants commence par la nôtre
Au coeur des émotions de l'enfant