vendredi 23 octobre 2015

Les jeux et les écrans

 Formation avec Blandine Le Pape, orthophoniste

De 0 à 3 ans, jouer, c'est TOUT ce que fait l'enfant.
Il explore, découvre le monde.
Pour découvrir le monde, le bébé l'appréhende avec tous ses sens et dans tous les sens.
L'enfant est très attentif à tout.
Il a besoin de réitérer ses actions, des dizaines et des dizaines de fois : il teste, reteste plusieurs fois.

Les enfants apprennent en faisant par eux-même.

C'est lorsqu'on laisse l'enfant faire les expériences dont il a besoin que se met en route le cercle vertueux : agir...penser...agir...penser.
L'enfant apprend, c'est-à-dire se construit.

L'adulte va :
- accompagner,
- sécuriser,
- rassurer,
- motiver,
- nommer pour donner un vocabulaire varié et riche, ce qui donne des capacités pour les études.

L'enfant a besoin :
- du regard bienveillant de l'adulte,
- de ses mots pour pouvoir dire sa pensée.

Ce met alors en route le cercle vertueux : agir...penser...parler...agir...penser...parler.

Ce n'est pas le résultat qui compte mais le chemin.

Lorsqu'on agit ainsi :
- on est au plus près des besoins de l'enfant,
- on gagne en sérénité.

Lorsque l'enfant explore toutes les possibilités, toutes les facettes d'un objet, il développe sa mobilité de pensée : un objet n'est pas figé sur une utilisation. C'est un plus pour les apprentissages.
La mobilité de pensée pour maitriser le langage oral : ferme (animaux ou fermer), lit (objet ou lire), pêche (pêcher ou fruit), comprendre les expressions : la nuit tombe, quel temps de chien.

La mobilité de pensée pour comprendre la grammaire :
- Cette petite fille m'inquiète (verbe)
- Cette petite fille inquiète joue (adjectif)
- Ma joue est ronde (adjectif)
- On a fait une ronde en musique (nom)

La mobilité de pensée pour comprendre les mathématiques :
- 0000000
- 0000000
Sur quelle ligne il y a le plus de 0 ?
- 0000000
- 0 0 0 0 0 0 0
Sur quelle ligne il y a le plus de 0 ? Au collège, encor certains enfants disent qu'il y en a plus sur la ligne du bas !
Quand un enfant manque de mobilité de pensée, il ne comprend pas les maths, il les apprend.
Cela impacte sur la vie scolaire et extra scolaire.

LES ECRANS

La télévision fatigue beaucoup les enfants car on a 2 types d'attention :
- l'attention réflexe, innée,
- l'attention volontaire qui se développe petit à petit, c'est diriger son attention vers quelque chose qu'on a décidé.
Quand la télévision est allumée, l'attention est suractivée.
Un dessin animé de temps en temps, accompagné et commenté, ça peut passer.
Le plus dangereux, c'est la télévision allumée constamment, c'est la rapidité des images, le changement de voix constant. Avec une radio, ce n'est pas pareil car il n'y a pas les images et les voix changent moins.
Les actions des enfants sont diminuées quand l'écran est allumé dans la pièce, même si l'enfant semble ne pas regarder la tv.
Références : Laurence Rameau : Pourquoi les bébés jouent ?
Michel Desmurget : TV Lobotomie : La vérité scientifique sur les effets de la télévision