mardi 22 décembre 2015

Les effets nocifs des punitions







Les adultes ont tendance à considérer que les punitions sont indispensables pour bien éduquer les enfants. En France, le parent qui ne punit pas est souvent considéré soit comme un parent laxiste ou démissionnaire, soit comme un extra-terrestre avec des enfants très sages.

Et pourtant, contrairement à ce qu'on croit, non, les punitions ne sont pas efficaces du tout pour élever un enfant. Elles produisent même l'effet inverse sur les enfants : au lieu de les discipliner, les punitions entraînent chez l'enfant un comportement de vengeance ou ce que Thomas Gordon appelle dans son livre EDUQUER SANS PUNIR des "mécanismes d'adaptation". Il liste dans ce même livre une liste de ces mécanismes :

- Résister, défier, être négatif
- Se révolter, désobéir, se montrer insubordonné, répondre avec insolence
- Se venger, rendre les coups, contre-attaquer, faire du vandalisme
- Frapper, être agressif, combattre
- Violer les règlements et les lois
- Piquer une colère, se fâcher
- Mentir, tromper, cacher la vérité
- Blâmer les autres, commérer, rapporter
- Régenter ou tyranniser les autres
- Former des bandes, des alliances, s'organiser contre les adultes
- Flatter, lécher les bottes, chercher à gagner la faveur des adultes
- Se replier sur soi, rêvasser
- Rivaliser, avoir besoin de gagner, détester perdre, se soucier de son image, rabaisser les autres
- Renoncer, se sentir vaincu, paresser, traînasser, bâcler son travail
- S'en aller, se sauver, faire l'école buissonnière, quitter l'école, sécher des cours
- Se taire, ignorer les autres, garder le silence, mépriser les adultes, prendre ses distances
- Pleurer, gémir, se sentir déprimé ou impuissant
- Se montrer craintif, timide, gêné, craindre de parler et de faire un effort
- Avoir besoin de réconfort, rechercher constamment l'approbation des autres, souffrir d'insécurité
- Tomber malade, souffrir de maladies psychosomatiques
- Trop manger, suivre un régime trop sévère
- Se montrer exagérément soumis, obéissant, docile, flagorner, devenir le chouchou du professeur
- Abuser de l'alcool et des drogues
- Tricher et copier à l'école

A bien y réfléchir, vous allez surement vous retrouver dans cette liste quant aux réactions que vous aviez quand vos parents vous contrôlaient de trop et vous punissaient. Et même aujourd'hui, maintenant que vous êtes adultes, vous pouvez très bien continuer à vous comporter de ces façons quand vous êtes face à un adulte autoritaire (patron, conjoint, proche...)

Personnellement, mes parents me contrôlaient énormément sur mes devoirs d'école et à 10-11 ans, je me suis mise à mentir énormément et à leur cacher beaucoup de choses pour échapper à ce contrôle plus qu'envahissant. Je ne voudrais pas que mes enfants me mentent comme j'ai pu mentir à mes parents ! Certes, je suis devenue une vraie stratège, mais surtout une vraie pro du mensonge et de la cachoterie, je ne suis pas sûre que ce soit vraiment ce que nous voulons pour nos enfants, ni pour
nous d'ailleurs....

Comme vous pouvez le constater, ces différentes réactions sont soit des réactions d'attaque, de fuite ou de figement (ou soumission). Tiens, tiens, ça correspond exactement aux 3 réactions possibles de notre cerveau quand on est en situation de stress... Et oui, les punitions stressent les enfants comme dit dans ces vidéos :
Comprendre le fonctionnement du cerveau
Les immenses vertus d'une éducation bienveillante

Heureusement pour nous parents et pour nos enfants, il existe des méthodes très efficaces pour ne pas punir nos enfants mais obtenir leur coopération.
J'en parlerai dans mes prochains articles.

Pour aller plus loin, voici quelques livres de Thomas Gordon :
PARENTS EFFICACES
Parents efficaces au quotidien
EDUQUER SANS PUNIR