mardi 17 novembre 2015

Comment aider notre enfant à gérer sa colère ?

 Les colères sont très fréquentes à l'âge de 2 ans, c'est la période du "terrible two", c'est la période de la mini crise d'adolescence. Il est très important de savoir que cette phase est normale, ne va pas durer (à 3 ans, ça va déjà beaucoup mieux) et est du à une phase de maturation du cerveau de votre enfant. Votre enfant fait des crises, des colères, mais pas des caprices !

La colère est l'émotion de la frustration, de la déception. Tout cela est très difficile à accepter et à traverser pour les jeunes enfants. Les enfants sont submergés par leurs émotions et ne savent pas quoi en faire à cause de l'immaturité de leur cerveau (la maturation se termine vers 25 ans !). Ils font des colères qu'ils ne savent pas arrêter tout seul. Il ne sert alors à rien de les gronder, de les punir, de les menacer, de les envoyer dans leur chambre pour réfléchir à leur comportement... Ils ont besoin de nous, nous les adultes, qui sommes censés savoir gérer nos émotions...

J'ai déjà parlé des outils à mettre en place pour nous aider à garder notre calme.

Mais il existe aussi des outils à mettre en place pour calmer notre enfant pendant sa colère :
- le contact physique, la tendresse, la voix réconfortante du parent...
- l'accueil de l'expression émotionnelle : j'écoute son vécu ou je mets des mots sur sa colère : tu es en colère parce que tu n'as pas eu ça, tu as le droit d'être en colère.
- un verre d'eau
- la vue de la verdure
- l'exercice physique : mouvements amples, marcher, courir, sauter...
- la musique : je mets un CD de musique qu'il aime
- le rire et le jeu : jouer à la bagarre, faire des grimaces, tomber "pour de rire" sur l'enfant en disant "quel bon oreiller !". Attention toutefois à ce que l'enfant ne considère pas ces interventions comme des moqueries.
- taper dans un coussin de la colère avec les 2 mains en même temps (surtout pas une main après l'autre comme un boxeur, ça énerve encore plus).
- inviter l'enfant à dessiner sa colère puis chiffonner la feuille
- mettre sa colère dans un sac imaginaire et taper dessus comme avec le coussin de la colère

Comme déjà dit, on n'intervient que si on est soi même calme. Sinon, ça partira en vrille !

Voici une vidéo qui explique très bien comment fonctionne le cerveau des enfants, notamment quand ils sont en colère et pourquoi il est très important d'intervenir calmement.

Il y a aussi des outils de gestion du stress que nus pouvons enseigner à nos enfants, dans les moments calmes et qui leur serviront lors des colères :
- souffler doucement : faire des bulles de savon par exemple
- une respiration profonde et tranquille : je lui enseigne quelques rudiments de méditation. Je m'arrête et je me sens en train d'inspirer. Je sens le léger air froid sur le pourtour de mes narines. Je me sens expirer. Je sens le léger air chaud sur le pourtour de mes narines. J'inspire jusque dans mes fesses (le sacrum pour nous). J'expire. etc...
- je lui fais rouler une balle de tennis sous le pied

Enfin, il y a aussi la possibilité de prévenir certaines colères :
- passer suffisamment de temps avec son enfant. Isabelle Filliozat parle d'un réservoir d'amour que nous avons tous. Quand ce réservoir est plein, nos comportements sont adaptés, tout va bien. Si le réservoir est vide, alors on a des comportements inadaptés. Donc anticipons et faisons le plein de réservoir d'amour avant d'aller à l'école ou à la crèche, en revenant le soir, avant de se coucher...
- faisons attention que les besoins de nos enfants soient bien respectés. Si notre enfant n'a fait pas sa sieste parce qu'on a reçu des invités, il y a de fortes chances que la soirée soit difficile... Vous trouverez ici une liste des besoins des enfants : http://www.les-supers-parents.com/les-16-besoins-fondamentaux-de-tous-les-enfants/http://
- mettons régulièrement des mots sur les émotions que traversent nos enfants, même quand ils sont joyeux. Cela les aide à comprendre ce qui se passe en eux.

Pour terminer, une chose très très très importante à savoir : les enfants se déchargent de leurs émotions sur leur principale figure d'attachement, c'est-à-dire sur leur mère ! Le soir, après la crèche, l'enfant peut être très calme quand c'est papa qui vient le chercher et se mettre en colère à chaque fois que c'est sa maman qui vient. Ce n'est pas l'enfant qui vous teste, ce n'est pas l'enfant qui a repéré que sa maman a moins d'autorité que son papa, ce n'est pas la maman qui ne sait pas si prendre ! Non, c'est l'enfant qui se décharge sur sa principale figure d'attachement car c'est à elle qu'il fait le plus confiance pour l'aider à comprendre ce qui se passe en lui et à gérer ses émotions.

Pour en savoir plus sur les colères des enfants et sur leurs émotions en général, voici un des livres d'Isabelle Filliozat où elle en parle en détail :
AU COEUR DES EMOTIONS DE L'ENFANT
Comment aider notre enfant à gérer sa colère ?