lundi 6 juin 2016

Les enfants et le mensonge







J’entends souvent des parents se plaindre que leur enfant de 3 ans ou plus ment et sont désorientés voire même inquiets face à ce comportement.
Pourquoi les enfants mentent-ils ?

En fait, la véritable question à se poser serait plutôt : « Les enfants mentent-ils vraiment ? »
Si je prends la définition du Larousse, mentir consiste à « dissimuler, déguiser volontairement la vérité, nier ou taire ce qu’on devrait dire ».

VOLONTAIREMENT, ce mot est très important. Mentir est donc un acte délibéré, volontaire.

Seulement voilà, quand les enfants ne disent pas la vérité, ce n’est pas toujours dans le but conscient et volontaire de nous tromper comme nous allons le voir…

Alors pourquoi toutes ces inventions ?

Dans ses livres J'ai tout essayé et Il me cherche !: Comprendre ce qui se passe dans son cerveau entre 6 et 11 ans, Isabelle Filliozat explique âge par âge l’évolution du « mensonge » chez les enfants.

Avant 3 ans, les enfants ne saisissent pas le concept de mensonge. Ils peuvent « mentir » pour nous faire plaisir ! Quand on pose une question à notre enfant comme « as-tu pris mon bracelet ? », en fonction de notre ton et de notre agacement, l’enfant peut nous répondre « non » car il croit que c’est la réponse qu’on attend, la réponse qui nous fera plaisir. Pour les mêmes raisons, il peut répondre « oui » même si ce n’est pas lui le coupable ! De plus, à cet âge, il ne se souvient pas toujours de ses actes passés et peut répondre "non" car il ne s'en rappelle plus. Et enfin, n’oublions pas que c'est nous qui lui avons appris à dire "non" à tout bout de champs...

A 3 ans, les enfants confondent ce qu’ils voient dans leur tête avec la réalité. D’où certains propos assez rocambolesques… Mais une fois de plus, il n’y a pas de volonté de nous tromper.

A partir de 3.5 ans, les enfants mentent mais là encore, pas pour nous induire volontairement en erreur. C’est parce qu’ils sont fascinés de découvrir qu’ils peuvent utiliser le langage pour dire quelque chose qui n’est pas vrai. C’est un passage nécessaire pour la construction de leur cerveau ! Ils jonglent avec les images qui sont dans leur tête, ils font le monde selon leurs désirs… et ils y croient !
A cet âge, ils peuvent aussi mentir par inquiétude, par peur de notre jugement.

A partir de 4 ans, les enfants peuvent mentir pour éviter les conséquences, ne pas faire quelque chose qu’il ne veut pas faire ou éviter une punition. Et oui, comme on l’a déjà vu, les punitions n'incitent pas les enfants à ne plus recommencer mais à mentir, à faire en douce, à accuser les autres aussi...

Entre 5 et 10 ans, « la maturation des lobes sensitifs du cerveau déclenche parfois des phénomènes étranges » selon Isabelle Filliozat dans Il me cherche !: Comprendre ce qui se passe dans son cerveau entre 6 et 11 ans : un enfant peut entendre la voix de son père comme s’il lui parlait alors qu’il n’est pas là : c’est en fait la zone auditive du cerveau qui s’est activée, comme quand on se parle à soi-même.
Dans cette même période, l’enfant peut avoir un ami imaginaire… qui va souvent jouer le rôle du coupable à chaque « bêtise » de l’enfant. Rassurez-vous, votre enfant n’est pas fou, il n’a pas non plus des difficultés à se faire des amis « pour de vrai », c’est seulement qu’il « s’agit en quelque sorte d’une projection de certaines parties de l’enfant, il les vit comme extérieur de lui. Il les intégrera peu à peu comme différentes composantes de sa personnalité. » écrit Isabelle Filliozat dans le même livre

Après 7 ans, les enfants peuvent accuser quelqu’un à leur place pour se protéger, pour protéger leur image, pour ne pas se faire punir.
Les enfants peuvent également fanfaronner auprès de leurs camarades pour les impressionner ou pour mieux s’intégrer dans un groupe : peu importe le milieu social dont vous venez, il peut faire croire que son père est pilote chasse ou alors, surtout pour les garçons, faire croire que vous êtes très sévères avec lui, car il donne ainsi l’impression d’être un « dur » pour mieux se faire respecter.

Comment faire pour éviter que nos enfants mentent ?

Eviter de les gronder, de les punir, de leur coller une étiquette de « menteur », ça ne fera qu’accentuer le problème !

Selon Isabelle Filliozat, le meilleur moyen pour que les enfants ne mentent pas est de s’abstenir de leur faire honte ou peur et de leur montrer qu’au contraire, ils peuvent nous faire confiance et se confier à nous. Pour en savoir plus sur l’impact de nos comportements sur les enfants et les mensonges, je vous conseille la lecture du long mais très intéressant article de Renaud et Hélène Perronnet : https://www.evolute.fr/relations-enfants/enfant-menteur#more-21036

Bien évidement, est-il besoin de rappeler que les enfants nous imitent. Si nous sommes du genre à mentir devant nos enfants «surtout ne dis pas à papa le prix des chaussures ! » « j’ai dit à mon patron que tu es malade car je n’ai pas envie d’aller au travail aujourd’hui », « mamie est partie pour un looooooooong voyage »…, difficile de leur faire comprendre qu’ils doivent toujours nous dire la vérité !

Attention toutefois, les enfants ne disent pas toujours des mensonges non plus ! Si votre enfant raconte plusieurs fois qu’on l’a frappé ou mordu et surtout si son comportement change (il ne veut plus aller chez l’assistant maternel, à la crèche ou à l’école), parlez-en avec l’adulte responsable car malheureusement, il y a encore des professionnels de la petite enfance ou des enseignants qui frappent ou mordent les enfants ou alors, votre enfant peut être victime de harcèlement par ses camarades.

Pour en savoir plus :
J'ai tout essayé d'Isabelle Filliozat
Il me cherche !: Comprendre ce qui se passe dans son cerveau entre 6 et 11 ans d'Isabelle Filliozat