mardi 14 juin 2016

Les compliments descriptifs





Pour aider les enfants à avoir une bonne estime d’eux-mêmes, on leur fait souvent des compliments. Pourtant, il semblerait que les compliments n’aident pas les enfants à avoir une bonne estime d’eux-mêmes, ils peuvent au contraire, les faire douter d’eux. Quelle idée saugrenue me direz-vous ! Explications ci-dessous.

Dans leur livre Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent Faber&Mazlish nous expliquent pourquoi les compliments n’aident pas les enfants à avoir une bonne estime d’eux-mêmes.

Essayez d’imaginer ce que vous vous direz dans les cas suivants :
- Un visiteur inattendu se présente pour le repas. Vous réchauffez vite une soupe en boîte, ajoutez un reste de poulet, puis servez le tout sur du riz instantané. Votre invité dit « Quelle merveilleuse cuisinière ! »
- Pour vous rendre à une réunion importante, vous venez tout juste de vous changer, délaissant votre jean et votre pull pour endosser un nouvel ensemble. Une connaissance s’approche, vous regarde et dit « Tu es toujours si bien habillée ! »
- Vous suivez un cours d’éducation pour adultes. Après une discussion de classe animée à laquelle vous avez participé, un autre étudiant vient vous dire : « Vous êtes un esprit brillant ».
- Vous commencez à peine à jouer au tennis. Malgré vos efforts, votre service ne s’améliore pas. La balle se dirige habituellement dans le filet ou en dehors du terrain. Aujourd’hui, vous jouez en double avec un nouveau partenaire et votre premier service atterrit exactement à l’endroit où vous l’espériez. Votre partenaire fait ce commentaire : « Hé ! Votre service est parfait ! »

Vous avez probablement constaté certains problèmes qui sont inhérents aux compliments :
  • Le compliment peut vous amener à douter de celui qui complimente : « Pour dire que je suis bonne cuisinière, soit il est menteur, soit il ne connaît rien à la bonne cuisine ».
  • Le compliment peut susciter une négation immédiate : « Toujours si bien habillée ! Tu aurais dû me voir il y a une heure ! »
  • Le compliment peut susciter la crainte : « Mais de quoi vais-je avoir l’air à la prochaine réunion ? »
  • Le compliment peut vous forcer à vous concentrer sur vos faiblesses : « Moi, un esprit brillant ? Vous vous moquez de moi ? Je ne suis même pas capable d’additionner une colonne de chiffres. »
  • Le compliment peut créer de l’anxiété et vous empêcher de faire de votre mieux : « Je ne serai jamais capable de frapper cette balle aussi bien une nouvelle fois. Maintenant, me voilà réellement tendue. »
  • Le compliment peut aussi être perçu comme une manipulation : « Qu’attend-on de moi en retour ? »
Si c’est ça qu’on pense quand on nous fait des compliments, il est aisé de comprendre alors que les enfants se disent la même chose quand on leur en fait…
Il ne s’agit pas de ne rien dire aux enfants, sinon, ils risquent de se décourager. Il existe heureusement une astuce : le compliment descriptif. Il se fait en deux étapes :
  • l’adulte décrit de façon admirative ce qu’il voit, ce qu’il ressent et ajoute un ou deux mots qui résument le comportement méritoire de l’enfant.
  • après avoir entendu la description, l’enfant est alors capable de se complimenter.
Par exemple, si votre enfant a rangé sa chambre, vous pouvez décrire ce que vous voyez : « Je vois un plancher propre, un lit sans un seul pli et des livres bien rangés sur l’étagère ». Vous pouvez aussi décrire ce que vous ressentez : « C’est un véritable plaisir d’entrer dans cette chambre ! »

Vous pouvez aussi « résumer en un mot » le comportement de l’enfant : « Tu as trié les crayons, les feutres et les stylos et tu les as placés dans des boîtes séparées. C’est ce que j’appelle de l’organisation ! »
L’enfant peut alors se dire, qu’il est organisé, soigneux…

L’avantage du compliment descriptif est qu’il empêche l’utilisation du jugement : « c’est bien », « c’est beau »… Quel mal y a-t-il à dire à son enfant que « c’est bien » ? Tout simplement que si « c’est bien », ça veut également dire que ça aurait pu être « mal » et l’enfant ressent donc une pression qu’on lui met souvent de façon inconsciente.

Sinon, une autre alternative au compliment « c’est bien » qui peut être perçu comme un jugement est de dire « merci », tout simplement : « merci d’avoir débarrassé la table, j’étais fatiguée ce soir et ça me rend vraiment service de ne pas avoir à le faire ». Voir à ce sujet l'article de Catherine Dumonteil-Kremer paru dans le magazine "Peps"

Pour aller plus loin :
Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent de Faber&Mazlish