lundi 20 juin 2016

Les effets nocifs des récompenses





J’ai déjà parlé des effets nocifs des punitions
Mais pas encore des effets nocifs des récompenses.
Vous allez vous dire que je vois vraiment le mal partout et qu’on ne peut plus rien dire à nos enfants. Rassurez-vous, comme à chaque fois, il y a des raisons à cela que je vais expliquer et surtout des solutions alternatives.
Comme les punitions, les récompenses sont une façon d’utiliser notre pouvoir pour faire plier les enfants à notre seule volonté. L’enfant a alors la possibilité entre deux choix : soit il obéit et il est récompensé, soit il n’obéit pas et il est puni.

Thomas Gordon explique dans son livre Eduquer sans punir: Apprendre l'autodiscipline aux enfants les trois conditions à réunir pour qu’une récompense soit censée fonctionner :
  • L’enfant doit vouloir ou avoir besoin de quelque chose assez fort pour accepter de se soumettre à la volonté du parent.
  • L’enfant doit juger que la récompense offerte peut satisfaire un de ses besoins.
  • L’enfant doit dépendre du parent pour obtenir la récompense (c’est-à-dire qu’il est incapable de répondre par lui-même à son besoin).
Il écrit plus loin « Les récompenses fonctionnent si elles suivent immédiatement le comportement désiré. » (Comme les chiens quoi : il faut leur donner un biscuit aussitôt qu’il a obéit, sinon, il n’obéira pas la fois suivante). « Les récompenses doivent également être données selon un plan précis, soit chaque fois que le comportement voulu est adopté au début, et par intermittence ensuite. En outre, le spécialiste du comportement (le parent ou l’enseignant) doit choisir soigneusement des récompenses qui satisferont un besoin précis de son sujet. Il doit noter avec soin la fréquence du comportement désiré afin de déterminer si la personne change vraiment. Il doit aussi s’assurer qu’il ne récompense pas par inadvertance un comportement non souhaité. C’est ce qui arrive, par exemple, lorsqu’un enfant fait le pitre en classe et obtient l’attention gratifiante de son professeur. »

Il explique également les difficultés rencontrées par les parents quand ils veulent mettre en place ce système de récompenses. Comme on l’a vu plus haut, il n’est pas si simple de réunir toutes les conditions pour qu’une récompense soit efficace, et surtout, c’est très long dans le temps. Donc souvent les parents abandonnent les récompenses pour mettre en place uniquement un système de punitions.

De plus, au fur et à mesure que l’enfant grandi, il devient difficile de trouver des récompenses intéressantes car, rappelons-nous, la récompense doit satisfaire un besoin de l’enfant, besoin qu’il ne peut pas satisfaire tout seul. Si on donne un bonbon à notre enfant à chaque fois qu’il met la table, il y a de fortes chances qu’au moment où il commence à recevoir de l’argent de poche il s’achète ses bonbons tout seul. Donc cette récompense ne fonctionnera plus… et votre enfant ne mettra plus la table car sans récompense, il ne fera plus rien !

Car c’est ça l’effet « pervers » des récompenses : l’enfant ne travaille plus que pour ça. Il n'a aucune motivation personnelle, il ne fait rien pour le plaisir de faire.
Alors comment faire pour que votre enfant mette ou débarrasse la table, range ses jouets, ou même fasse des efforts à l’école ? Et bien, on oublie les récompenses, les punitions, le chantage…. et on fait en sorte de susciter sa coopération.

J’en parle dans plusieurs de mes articles :
Faut-il vraiment demander à nos enfants de nousobéir ?
Susciter la coopération de l'enfant : pourquoi les méthodes traditionnelles ne fonctionnent pas ?
Susciter la coopération de l'enfant : les 4 étapes selon la discipline positive de Jane Nelsen
Susciter la coopération de l'enfant : les habiletés de Faber&Mazlish

Mes articles sur les alternatives aux punitions peuvent aussi être des pistes pour les alternatives aux récompenses/chantages :
Alternatives aux punitions : répondre aux besoins des enfants
Alternatives aux punitions : exprimer nos besoins et émotions
Alternatives aux punitions : connaître les phases de développement des enfants
Alternatives aux punitions : utiliser les conséquences
Alternatives aux punitions : la résolution de conflits sans perdant
Les effets nocifs des récompenses