vendredi 27 janvier 2017

Censure de l’article contre les violences corporelles et les VEO



 Voilà, c’est officiel, le conseil constitutionnel a décidé hier soir de censurer notre article qui visait à interdire le recours aux VEO auprès de nos enfants.

Passé le temps de la colère (ceux qui me suivent sur ma page facebook comprendront…), voici le temps de passer à l’action.

Je vous parlerai de l’association « Stop VEO – Enfance sans violences » quand tout sera prêt pour les adhésions et les actions à mener.

Pour le moment, je voudrais surtout revenir sur les désinformations qu’on peut lire ici et là sur internet.

D’abord, concernant la censure par le conseil constitutionnel. Contrairement à ce que certains disent, si notre article a été censuré, ce n’est pas parce qu’il n’est pas conforme à notre constitution (quelle idée de penser cela !). La vraie raison est le « cavalier législatif », c'est-à-dire que selon eux, il n’y a pas de lien, même indirect, entre notre article et le projet de loi initial.

Ensuite, l’autre désinformation vient de certains journalistes qui ont mis en titre que les fessées étaient autorisées. C’est faux ! D’abord, notre article ne visait pas à interdire les fessées mais tout recours aux violences corporelles, verbales et psychologiques. Ensuite, frapper un enfant (ou un adulte) est déjà illégal ! J’en ai déjà longuement parlé dans cet article.



Pour résumer : les violences à l’égard des enfants sont illégales même si elles sont parfois tolérées à cause du « droit de correction ».

En tout cas, sachez qu’on ne lâche rien ! Je reviendrais vers vous quand j’aurai de plus amples informations sur la suite des évènements.


Si vous souhaitez vous aussi militer en faveur des droits des enfants, vous pouvez me contacter en privé pour que je puisse vous donner plus d’informations sur ce que vous pouvez faire dès maintenant et les projets à venir.